Accueillir toutes les langues

L’école est un lieu de rencontre où les élèves, les parents et le personnel, souvent d’origines diverses, se réunissent pour partager et enrichir leurs connaissances. Une École Amie des Langues est une approche idéale pour répondre à l’accroissement du plurilinguisme dans les écoles du monde résultant de l’immigration et du déplacement des populations dans le but de trouver du travail, de se réunir avec leurs proches ou encore, d’échapper à la guerre et aux conflits. Au sein d’une École Amie des Langues, tout le monde accueille et valorise toutes les langues parlées par les élèves, les parents et le personnel de l’école.

Toutes les écoles doivent viser à devenir linguistiquement et culturellement inclusives, et cela en reconnaissant et en embrassant le plurilinguisme de leurs élèves tout en prenant des actions pour offrir un espace à ces langues au sein the la communauté scolaire.

Une approche ascendante et globale de l’école

Les Écoles Amies des Langues sont des établissements scolaires qui ont développé un plan linguistique intégrant tous les membres de la communauté scolaire : élèves, enseignants et personnel. Il s’agit d’un plan personnalisé et adapté aux besoins de l’école afin de permettre l’instauration d’un environnement inclusif et convivial pour l’apprentissage de la langue pour tous les élèves.

Le plan d’action pour la mise en place d’une École Amie des Langues est flexible, réaliste et permet des ajustements progressifs. Ainsi, de petits progrès mènent au succès!

Vision

À l’aide de l’École Amie des Langues, nous envisageons un monde où :

  1. d’ici 2030, date limite du programme de développement durable, aucun enfant n’est pénalisé pour l’utilisation de sa ou ses langue(s) maternelle(s) à l’école,
  2. tous les enfants ont accès à un environnement favorable aux langues et où ils se sentent acceptés et valorisés tels qu’ils sont.

Pourquoi une École Amie des Langues?

L’accroissement de la mobilité internationale fait du multilinguisme la norme plutôt que l’exception. De plus en plus, les écoles sont composées d’étudiants qui parlent d’autres langues à la maison que celles apprises à l’école.

Des études scientifiques démontrent que les élèves assimilent mieux et plus rapidement lorsqu’ils apprennent à partir de leur langue maternelle plutôt que lorsque leurs apprentissages sont limités à la langue de l’école.

Pourtant, il y a plus de 200 millions d’écoliers dans le monde scolarisés dans une langue qu’ils ne comprennent pas. Plus souvent qu’on ne le pense, les jeunes sont punis quand ils emploient leurs langues maternelles à l’école. Les punitions varient entre forcer les élèves à rester debout en dehors de l’école, leur scotcher la bouche, les priver de lunch ou même les renvoyer de l’école.

La raison pour laquelle les écoles imposent ces punitions n’est pas que les enseignants souhaitent que leurs élèves soient gênés dans leur développement. Bien au contraire : ils ont la conviction, profonde mais erronée, que la meilleure façon d’apprendre une langue, c’est de perdre sa langue maternelle le plus tôt possible.

Mais les jeunes enfants qui commencent à lire et écrire, ont besoin d’établir une certaine confiance afin de pouvoir acquérir ces nouvelles compétences et de s’adapter au nouvel environnement scolaire. Les punitions peuvent avoir l’effet contraire : ils risquent de perdre leur motivation ce qui peut avoir une incidence sur leur apprentissage.

En permettant l’emploi des langues maternelles des élèves à l’école, les élèves ont la chance de renforcer leurs compétences cognitives et sociales. Non seulement cela améliore les compétences de l’élève dans l’acquisition de la langue de l’école, mais cela leur permet également de mieux comprendre le sujet. Cela augmente leurs chances de réussir leur parcours scolaire et de s’intégrer au sein de la société sans perdre les liens avec leurs familles, cultures et savoirs.

Un engagement international pour tous les enfants

Tous les enfants ont un droit égal à une éducation qui respecte leur diversité culturelle. La Convention relative aux droits de l’enfant (art.29) spécifie que l’éducation de l’enfant doit être axée sur le développement du respect pour :

  • Les parents de l’enfant
  • Son identité culturelle, sa langue et ses valeurs
  • Les valeurs nationales du pays dans lequel l’enfant vit
  • Le pays dont il ou elle peut être originaire
  • Les civilisations différentes de la sienne
L’atteinte des objectifs du développement durable

En 2015, 193 pays ont adopté les objectifs de développement durable et se sont engagés à garantir que tous les garçons et toutes les filles complètent une éducation gratuite, équitable et de qualité d’ici 2030.

Selon l’UNESCO, « Une éducation équitable et de qualité et un apprentissage tout au long de la vie n’est possible que lorsque cette éducation répond à et reflète la diversité multilingue de la société. Enfants, jeunes et adultes ont besoin d’avoir des opportunités d’apprentissages adaptées à leurs besoins, dans et à travers leurs propres langues. Puisque ODD 4 est le fondement de tous les autres objectifs de développement durable, sans une éducation plurilingue fondée sur la langue maternelle, les 16 autres objectifs resteront irréalisables » (UNESCO 2017).

Références*

En permettant l’usage des langues parlées à la maison à l’école, les élèves plurilingues ont la chance de renforcer leurs compétences cognitives et sociales

Comment devenir une École Amie des Langues?

L’École Amie des Langues ne fournit pas un plan explicite de ce que les écoles doivent faire. Ces dernières commencent plutôt par déterminer les besoins de leur école et ce que chacune d’elles peut réalistiquement accomplir. De plus, elles veillent à cibler toutes les parties prenantes : les gestionnaires d’école, les enseignants, le personnel de l’école, les parents et surtout les enfants. Bien que l’objectif principal de l’École Amie des Langues soit le même, d’accueillir et de valoriser toutes les langues, le parcours pour l’accomplir peut varier.

Au minimum, les écoles s’engagent à ne pas punir les enfants qui parlent leur langue maternelle. Pour certaines écoles, c’est déjà une étape significative. En se connectant avec d’autres Écoles Amies des Langues, ces écoles peuvent échanger des pratiques pertinentes et les enseignants peuvent s’inspirer les uns les autres pour aller de l’avant. Par exemple, elles peuvent commencer par intégrer des stratégies pédagogiques plurilingues dans leur enseignement.

« Boîte à outils »

Une “boîte à outils » contenant des exemples concrets et pratiques pour les enseignants sera disponible pour les écoles qui souhaitent devenir École Amie des Langues.

Accueil de toutes les langues au sein de l’école

L’objectif principal de l’École Amie des Langues est d’éradiquer la pratique de punir les élèves pour l’emploi des langues parlées à la maison à l’école. Chaque école peut donc devenir École Amie des Langues simplement en signant un accord stipulant que toutes les langues peuvent être parlées et employées au sein de l’école et que les élèves ne seront jamais punis pour l’emploi de leurs langues maternelles à l’école.

Les écoles qui souhaitent allez plus loin peuvent considérer les étapes suivantes :

  • Évaluation de la situation

    L’école évalue sa situation présente. Le processus doit commencer du point de vue des élèves. Comment les élèves se sentent-ils s’ils sont autorisés ou si on leur interdit de parler les langues présentes dans leur environnement familial, dans la classe ou dans la cour de l’école ? Et les enseignants ? Et le personnel de scolaire ? Et les parents ? Il est important de prendre en compte les perspectives et les souhaits de toute la communauté scolaire. Pour s’assurer que tous les participants sont au courant des avantages et des inconvénients, des sessions d’échange d’information avec des experts locaux en éducation multilingue/ plurilingue sont fortement recommandées.

  • Formulation d’un plan linguistique

    Basée sur cette évaluation préliminaire, une liste réaliste d’objectifs pédagogiques et linguistiques est élaborée sous la forme d’un plan d’école et accompagnée d’un calendrier qui détermine l’échéance de chaque objectif. Le plan doit indiquer comment chaque membre au sein de l’école encouragera les élèves à employer leurs langues en tant que ressources. Chaque enseignant(e) peut définir son propre plan en fonction de l’activité. Attention : le but est de stimuler le répertoire de chaque élève à l’égard de sa/ses langues et non pas de le restreindre. Des exemples de plans linguistiques d’écoles seront publiés sur ce site.

  • Mise en place des objectifs

    En fonction des besoins de chaque école, les démarches peuvent inclure des formations pour les enseignants sur l’éducation multilingue/ plurilingue et fondée sur la langue maternelle, l’acquisition ou développement de matériaux pédagogiques et multilingues et/ou trouver des moyens qui permettent aux parents et aux communautés locales de s’impliquer dans leur mise en œuvre.

  • Suivi et évaluation des résultats

    Afin qu’un plan linguistique atteigne ses objectifs, une surveillance et une évaluation active est requise. Il est recommandé de créer un mécanisme de suivi approfondi où tous les participants sont représentés (enseignants, direction, parents, élèves, autre personnel). Ce groupe se rencontrera régulièrement pour discuter des accomplissements et des améliorations nécessaires. À intervalles réguliers, tous les 3 à 5 ans, le plan doit subir une évaluation profonde avec tous les participants (retour à l’étape 1) et si nécessaire, faire des ajustements. Le nouveau plan sera ensuite suivi jusqu’à l’évaluation suivante. Ainsi, les nouveaux enseignants, élèves et parents sont constamment inclus et le plan linguistique reste adéquat et actualisé.

Rejoignez-nous

Afin d’accomplir l’objectif d’éliminer la pratique globale de punir les élèves lorsqu’ils s’expriment dans leur langue maternelle vers 2030 ainsi que d’accommoder des environnements propices aux langues et aux apprentissages pour tous les enfants, l’initiative de L’École Amie Des Langues nécessite le soutien d’un grand nombre de partenaires et de partisans.

Ce soutien est primordial afin de trouver des écoles qui souhaitent devenir Écoles Amies des Langues, sensibiliser les parents, fournir des conseils d’experts pour les écoles et les responsables des politiques éducatives, pour suivre et surveiller les résultats et bien sûr, des ressources financières sont essentielles pour réaliser ce projet. Si vous ou votre association souhaitez devenir notre partenaire ou contribuer généreusement au projet, veuillez nous contacter.

Avantages spéciaux pour les Écoles Amies des Langues
  • Les Écoles Amies des Langues ont accès à une base de données en ligne qui offre les dernières avancées en recherche sur les pratiques d’enseignement multilingue sous forme de vidéos, webinaires et plans de leçon prêts à l’usage.

  • Les enseignants et le personnel ont l’opportunité de se rencontrer informellement lors des conférences des Écoles Amie des Langues afin de recueillir de nouvelles idées et inspirations ainsi que de former de nouvelles amitiés dans le monde entier.

Contacts

L’École Amie des Langues est une initiative de Rutu Foundation for Intercultural Multilingual Education, organisation à but non lucratif basée à Amsterdam, aux Pays-Bas. Pour plus d’informations veuillez contacter :

*References
Collier, V.P., & Thomas, W.P. (2017). Validating the power of bilingual schooling: Thirty-two years of large-scale, longitudinal research. Annual Review of Applied Linguistics, 37, 1-15. | Global Education Monitoring Report (2016). If you don’t understand, how can you learn? Policy Paper 24. | Herzog-Punzenberger, B.; Le Pichon-Vorstman, E. & Siarova, H., (2017). Multilingual Education in the Light of Diversity: Lessons Learned, NESET II report, Luxembourg: Publications Office of the European Union, 2017. doi: 10.2766/71255. | UNESCO (2004). Embracing Diversity: Toolkit for Creating Inclusive Learning Friendly-Environments|UNESCO (2017). Mother Tongue-Based Multilingual Education: The Key to Unlocking SDG 4 - Quality Education for All.